Astuce n°7

Assurance complémentaire: utile, à condition de bien se renseigner avant!

En Suisse, l’assurance-maladie de base offre une prise en charge médicale de haute qualité. Cependant, certaines prestations – telles que les soins dentaires, l’hospitalisation en division privée, les médecines douces ou les psychothérapies – ne sont pas couvertes par l’assurance de base obligatoire. Suivant ses besoins, son état de santé et les dépenses prévues, il peut être utile de conclure une assurance complémentaire. Mais soyez attentif aux conditions.

L’assurance complémentaire: comment ça marche?

Les assurances complémentaires proposent toute une série de prestations non-incluses dans l’assurance de base, qui diffèrent d’une caisse-maladie à l’autre (au niveau des soins pris en charge, des conditions, des tarifs, etc.).

En général, il est nécessaire de remplir un questionnaire de santé pour conclure une assurance complémentaire. Contrairement à l’assurance de base, la caisse-maladie est libre d’accepter (ou pas) l’affiliation de l’assuré.

Les prestations proposées se divisent en deux grandes catégories: les complémentaires ambulatoires (abonnements de fitness ou de piscine, cours bébés nageurs, lunettes et lentilles de contact, soins dentaires, frais de sauvetage et de transport, massages thérapeutiques, etc.) et les complémentaires hospitalières (hospitalisation en division semi-privée ou privée ou « Hôpital, division commune Suisse entière »). A vous de décider quel complément vous est le plus utile.

Quand souscrire une assurance complémentaire?

Le questionnaire de santé sert de base à l’acceptation ou au refus de l’affiliation. En cas d’acceptation, la caisse adapte généralement le montant des primes, suivant vos antécédents, votre âge et votre sexe. Si les risques sont considérés comme trop élevés (ou s’il agit, par exemple, d’une femme enceinte) la caisse-maladie est en droit de refuser le dossier, soit temporairement, soit définitivement. Dans le cas d’un malade chronique, la nouvelle caisse peut accepter l’affiliation, tout en excluant certaines prestations en relation avec la maladie en question.

Par conséquent, il est important de ne pas attendre d’avoir besoin d’une complémentaire pour demander une affiliation. Plus la demande est anticipée, plus les chances d’acceptation sont grandes. Dans la majorité des cas, l’avantage est également financier: plus l’assuré est jeune au moment de l’affiliation, moins la prime sera élevée.

Bon à savoir

Quels sont les délais de résiliation pour une assurance complémentaire?

Les dates et les délais de résiliation varient d’une caisse-maladie à l’autre. En général, les assurances complémentaires sont résiliables en fin d’année civile, avec un délai de trois mois (il est donc nécessaire d’envoyer la lettre de résiliation fin septembre au plus tard). Cependant, les délais de résiliation peuvent être parfois plus importants.

Mais attention! Chez la plupart des assureurs, il existe une durée minimale de contrat (oscillant généralement entre 1 et 5 ans), au cours de laquelle il n’est pas possible d’effectuer une résiliation.

Est-il possible d’avoir des caisses-maladie différentes pour son assurance de base et ses assurances complémentaires?

L'assurance de base et la complémentaire ne doivent pas nécessairement être contractées auprès de la même caisse-maladie. Les assureurs n’ont pas le droit de résilier vos assurances complémentaires, si vous décidez de changer de prestataire pour l’assurance de base. Le seul risque éventuel est de perdre certains rabais qui avaient été consentis par votre assureur.