Astuce n°5

L’assurance-maladie: un partenaire pour chaque situation de la vie

Souple et personnalisable, l’assurance-maladie s’adapte à votre vie. La meilleure couverture est définie par de nombreux paramètres: l’âge, la situation familiale, l’état de santé, le revenu ou encore la volonté d’économiser. Les assureurs proposent des modèles innovants et modulables pour suivre l’assuré dans toutes les étapes de sa vie. Faites les bons choix, au bon moment!

Quelques situations réclamant une adaptation de la couverture d’assurance-maladie

Naissance d’un enfant

Un nouveau-né doit être affilié à l’assurance de base, au plus tard trois mois après sa naissance, par son représentant légal. Il n’y a donc aucune obligation d’affilier un futur enfant avant sa naissance, mais il est possible de le faire. Cette anticipation est assez courante et permet de se décharger d’une tâche administrative à l’arrivée de l’enfant. Quel que soit le moment de l’annonce, l’affiliation vaut à partir du jour de la naissance. Les parents doivent également décider s’ils souhaitent souscrire une assurance complémentaire pour leur enfant (par exemple pour les soins dentaires), et à partir de quand. Les caisses-maladie peuvent apporter des conseils judicieux à ce sujet.

Les visites chez le pédiatre étant très fréquentes au cours des deux premières années, il est recommandé de choisir une franchise à CHF 0, pour l’assurance-maladie de base d’un nouveau-né.

Service militaire

Les militaires en service sont assurés en cas de maladie et d’accident auprès de l’assurance militaire (y compris pendant les congés et les trajets aller/retour). Si la durée du service dépasse 60 jours consécutifs, le militaire peut suspendre son assurance-maladie personnelle sans frais.

Arrivée en Suisse

L’assurance de base est obligatoire pour toute personne qui s’installe en Suisse pour plus de 3 mois (permis B, L ou C, par exemple).

Les personnes domiciliées dans un état de l’UE/AELE travaillant en Suisse ont également l’obligation de s’assurer dans notre pays (notamment les titulaires d’une autorisation de courte durée, permis L, et les frontaliers, permis G).

Départ de Suisse

Les personnes qui élisent domicile à l’étranger ne sont plus soumises à l’obligation de s’assurer et peuvent résilier leur couverture d’assurance pour le mois suivant.

En revanche, lors d'un séjour temporaire dans un pays membre de l'UE ou de l'AELE (par exemple pour un étudiant ou un voyageur), d'autres règles s’appliquent. L’assuré conserve son assurance-maladie en Suisse. Sur la base de la carte européenne d’assurance-maladie, il a droit aux soins médicaux en cas de maladie, d’accident ou de maternité, survenus de façon imprévue durant son séjour.

Votre assureur vous renseignera volontiers sur les dispositions à adopter, selon votre cas particulier.

Etat de santé

Le choix de l’assurance, en particulier de la franchise, est forcément lié à l’état de santé. Les assurés en bonne santé ont tout avantage à choisir la franchise la plus élevée. Mais attention ! En optant pour une franchise à CHF 2500, il est important d’avoir cette somme de côté pour pouvoir cette somme en cas de coup dur.

Les assurés qui ont des coûts de santé élevés ou qui souffrent de maladies chroniques, ainsi que les enfants en bas-âge, ont avantage à avoir la franchise la plus basse. Il est donc important d’adapter sa franchise à l’évolution de son état de santé.

Bon à savoir

L’assurance obligatoire des soins vous offre une couverture de base très large. Selon vos besoins et vos souhaits, des prestations supplémentaires peuvent être prises en charge par les assurances complémentaires (par exemple pour les soins dentaires, la médecine douce, les lunettes ou lentilles de contact, etc.). Vous bénéficierez ainsi d’une couverture santé plus large.

Cependant, n’attendez pas d’avoir besoin des complémentaires pour y souscrire! En effet, chaque caisse-maladie se réserve le droit d’accepter ou de refuser l’affiliation, selon les déclarations faites dans un questionnaire médical préalable (où les problèmes de santé doivent être mentionnés). Pour éviter un refus, il est donc préférable d’anticiper la souscription à une assurance complémentaire. Dans la plupart des cas, l’avantage est également financier: plus l’assuré est jeune au moment de la souscription, moins la prime sera élevée.