Glossaire

Tiers payant

Le tiers payant désigne un mode de remboursement des prestations: l’assureur reçoit les factures des frais occasionnés par l’assuré et les paie directement. Il facture ensuite la quote-part aux assurés.

L’assuré n’a pas besoin d’avancer d’argent, par exemple à la pharmacie. Par ailleurs, il n’a pas de travail administratif à effectuer (contrôle et conservation des factures, envoi avec un formulaire une fois la franchise atteinte, etc.).

Notons que le système du tiers payant est appliqué quasi systématiquement dans le cadre des frais hospitaliers.

Assurance complémentaire

Une assurance complémentaire est une assurance conclue en plus de l’assurance-maladie de base. Contrairement à l’assurance de base, les prestations proposées diffèrent d’une caisse-maladie à l’autre.

Les assurances complémentaires se divisent en deux catégories:

Les complémentaires ambulatoires

Il s’agit, par exemple, de la médecine alternative, des médicaments ou des examens non remboursés par l’assurance de base, des mesures préventives (abonnements de fitness ou de piscine), des cures de convalescence, des lunettes et lentilles de contact, de la prise en charge à l’étranger, des soins dentaires, etc.

Les complémentaires hospitalières

Il s’agit, par exemple, de la division privée (chambre individuelle) ou semi-privée (chambre à deux lits) en cas d’hospitalisation.
L’assurance complémentaire «Hôpital, division commune Suisse entière» offre le libre choix de l’hôpital dans toute la Suisse. Elle prend en charge l’éventuelle différence entre le tarif du canton de résidence et celui du canton où est situé l’hôpital. (Sans assurance complémentaire, cette différence serait à la charge du patient.)

En général, il est nécessaire de remplir un questionnaire de santé pour conclure une assurance complémentaire. Ces contrats dépendent du droit privé - contrairement à l’assurance de base, dont les principes sont régis par la loi fédérale sur l’assurance-maladie (LAMal).