Second avis

Qu’est-ce que c’est exactement?

Le terme de «second avis» désigne le fait de s’adresser à un deuxième médecin pour avoir son opinion sur une opération ou un traitement envisagé.

Cette seconde consultation intervient après une première recommandation/incitation émanant du médecin traitant. Elle vise à avoir une vision plus exhaustive de la situation, pour prendre une décision éclairée.

Pourquoi demander un second avis médical?

Pour se décider en toute connaissance de cause

Lorsqu’une opération est envisagée par le médecin traitant, le patient se demande souvent si elle est indispensable, ou si d’autres alternatives – moins lourdes et moins risquées – sont possibles. Un second avis médical permet de clarifier la situation pour prendre une décision éclairée.

Même s’il sollicite une deuxième opinion, le patient reste maître de sa décision : lui seul se positionne, au final, en faveur ou en défaveur de l’opération. Le processus est identique lorsque le médecin incite à suivre un traitement lourd.

Pour freiner la hausse des coûts de la santé

Le second avis permet parfois de faire émerger des alternatives moins risquées et moins coûteuses qu’une opération. Dans certains cancers, par exemple, une opération ou une radiothérapie peuvent être remplacées par une surveillance active. Dans un tel cas, l’alternative permet d’éviter une surconsommation hospitalière.

Pour préserver sa santé

Certains spécialistes considèrent que 5 à 15% des effets indésirables liés à un traitement résultent d’une erreur de diagnostic. Un deuxième avis permet donc de confirmer le diagnostic et d’éviter, par exemple, une opération inutile.

Quelles interventions peuvent être concernées par un second avis médical?

Bon nombre d’interventions chirurgicales non urgentes ou de traitements lourds, notamment:

  • Ablation de l'utérus (hystérectomie)
  • Ablation de la prostate
  • Ablation de la vésicule biliaire
  • Césarienne programmée
  • Implantation de prothèses
  • Endoscopie des articulations
  • Reconstitution des ligaments du genou et de la cheville
  • Opération des disques lombaires
  • Opération des amygdales
  • Opération de la cataracte
  • Transplantation de la cornée
  • Opération des varices
  • Traitements dentaires et orthodontiques chez les enfants

Etc.

Qui paie le second avis médical?

La plupart des assureurs-maladie prennent en charge le second avis, lorsqu’il s’agit de prestations couvertes par l’assurance de base. Cependant, il est plus sûr de se renseigner auprès de son assureur, avant de consulter un médecin pour un deuxième avis. Dans le cas où la caisse-maladie accepte la prise en charge, la franchise et la quote-part restent à la charge du patient.

Certaines caisses-maladie prennent en charge la totalité des coûts, dans le cas où le patient s’adresse à un médecin agréé par l’assureur ou au médecin-conseil de l’assurance.