Douleurs dorsales

Elle a bon dos, la radio?

Le mal de dos d’apparition soudaine peut être extrêmement douloureux et invalidant. Cependant, dans la plupart des cas, il ne justifie pas le recours à la radiographie ou à l’imagerie. En premier recours, il est recommandé de privilégier des mesures thérapeutiques simples.

Près d’un Suisse sur deux souffre de maux de dos au cours de sa vie. Bien que ce désagrément puisse se révéler très pénible, la meilleure façon de le combattre est bien souvent d’adopter des mesures simples plutôt que de recourir à des examens poussés.

Dans la plupart des cas, les personnes souffrant de douleurs au dos se sentent mieux après un mois, qu’elles aient eu ou non recours à des tests d’imagerie. Ces examens peuvent même s’avérer contre-productifs. En effet, des études révèlent que passé ce délai, les victimes de maux de dos se portent globalement mieux lorsqu’elles n’ont pas subi de radiographies.

Cela s’explique par le fait que de tels tests révèlent souvent des anomalies bénignes qui ne sont pas nécessairement liées à la douleur. Ils peuvent donc déboucher sur des procédures superflues, telles que des injections ou une chirurgie, qui peuvent potentiellement nuire au bon rétablissement.

De plus, tout examen radiographique expose le patient à des radiations inutiles qui peuvent augmenter le risque de développer un cancer. Les radiographies et tomodensitométries du bas du dos peuvent en outre exposer les testicules et les ovaires au rayonnement.

Pour toutes ces raisons, les experts de santésuisse préconisent un usage parcimonieux des examens médicaux en cas de douleurs dorsales. Si après quelques semaines les douleurs sont toujours présentes et deviennent chroniques, des examens plus approfondis peuvent alors se justifier. Découvrez ci-dessous les pratiques recommandées et les bons réflexes à acquérir!