Votre médecin peut-il vous refuser une prestation ?

Vous pensez avoir besoin d’une prestation médicale complémentaire ou de l’avis d’un spécialiste, mais votre médecin s’y oppose. En a-t-il le droit ? Quels sont les recours possibles ? Une mise au point s’impose.

Partager

De nombreux modèles d’assurances ne prennent vos prestations médicales en charge que dans le cas où elles vous ont été prescrites par votre médecin de famille. Cela implique, par exemple, que vous devrez payer vos séances d’acupuncture de votre poche si votre médecin les juge superflues. Ou qu’un médicament disponible sur ordonnance pourrait vous être simplement refusé. Un tel cas de figure peut s’avérer frustrant, mais votre médecin a tout à fait le droit de vous refuser une prestation. S’il a le devoir de vous proposer un traitement soigneux et approprié, c’est à lui d’en déterminer les modalités.

Il se doit néanmoins de traiter tous ses patients avec la même diligence, indépendamment de leur position sociale ou de leur appartenance religieuse ou ethnique. Et de vous fournir une information claire sur les raisons d’un éventuel refus. Si vous estimez que ces conditions ne sont pas respectées ou que la communication avec votre médecin est difficile, il existe des moyens de contester sa décision.

Quels recours possibles ?

  • Solliciter un deuxième avis. Bien qu’experts, les médecins n’ont pas la science infuse, et il se pourrait qu’un confrère ait un avis différent. Attention, toutes les assurances ne prennent pas en charge le deuxième avis.
  • Contacter un organisme de défense des droits des patients. L’Organisation suisse des patients (OSP), Bon à savoir ou l’Association suisse des assurés (ASSUAS) en sont des exemples.
  • Recourir à un médiateur. Les instances diffèrent selon les cantons, mais les sociétés cantonales des médecins proposent en principe des offres de médiation.
  • Des organismes tels que la Fédération Romande des Consommateurs (FRC) peuvent vous assister dans vos démarches.
  • Si la communication avec votre médecin est compliquée et que vous ne vous sentez pas écouté ou mal à l’aise, il est peut-être temps d’en changer ! La plupart des modèles d’assurances alternatifs acceptent un changement de médecin en cours d’année.

Faire les bons choix

N’oubliez pas que les décisions prises par votre médecin découlent de ses connaissances approfondies et visent votre bien-être. Tout acte médical comporte un risque, même infime. C’est pourquoi il est souvent plus sage de refuser une prestation jugée superflue. De manière générale, une médecine qui agit avec modération est souvent le meilleur chemin vers la guérison. Enfin, nous vous rappelons qu’il existe des offres d’assurances complémentaires qui peuvent faciliter l’accès à une large gamme de prestations de médecine alternative ou de bien-être. Et ce, indépendamment de l’avis de votre médecin de famille. N’hésitez pas à vous informer auprès de votre assureur !