Tatouages ratés : qui paie les peaux cassées ?

Des complications de santé aux séquelles psychologiques causées par un motif hasardeux, un tatouage peut facilement tourner au cauchemar. Découvrez qui paie en cas de ratage, et comment limiter les risques !

Partager

Arborer une constellation sur le visage, le nom d’une ancienne conquête sur l’avant-bras, ou émerger d’une nuit arrosée avec un poney dans le bas du dos : les exemples de tatouages difficiles à porter sont légion, pour le plus grand bonheur de ceux qui aiment rire aux dépens d’autrui. Au-delà de ces illustrations aussi tragiques que répandues, un tatouage – même mûrement réfléchi – comporte des risques pour votre santé psychique… et physique. L’acte entraîne une plaie superficielle qui est susceptible de s’infecter et, dans les cas extrêmes, de vous transmettre des maladies infectieuses. Les pigments, conservateurs et autres produits chimique contenus dans l’encre peuvent également causer des allergies.

Et les piercings ?

Les bijoux corporels ou piercings s’accompagnent également de risques d’infection ou de réactions allergiques. Sachez également que la perforation de la langue est particulièrement délicate : le contact permanent avec les dents peut endommager l’émail. Si le piercing a, dans la plupart des cas, l’avantage d’être amovible, nous nous saurions trop vous conseiller d’appliquer les recommandations ci-dessous, et de mûrement réfléchir votre acte.

Ce que votre assureur peut faire pour vous

Si vous êtes passé à l’acte et que votre santé physique s’en trouve affectée, vous avez droit à une prise en charge du coût de vos traitements par votre assurance-maladie de base. Il en va de même en cas de séquelles psychologiques causées par un ornement particulièrement difficile à porter ! Sachez cependant que le retrait des tatouages n’est absolument pas remboursé par l’assurance-maladie. Il est, de surcroît, relativement onéreux… et très douloureux. Voilà qui devrait achever de vous convaincre de peser mûrement votre décision avant de vous marquer pour la vie. Ou, comme le disent les anglo-saxons, think before you ink !

Quelques astuces pour ne pas risquer votre peau:

  • Consulter un dermatologue pour établir le risque d’allergies.
  • Opter pour un tatoueur sérieux et un salon de bonne réputation.
  • S’informer au sujet des couleurs utilisées et du suivi.
  • Prudence si vous êtes à l’étranger : les normes sanitaires peuvent grandement varier. Généralement pour le pire.
  • Les peintures temporaires, comme les tatouages au henné, comportent également des risques d’infection et peuvent contenir des allergènes puissants. Méfiance, donc.
  • Visiter la page dédiée de l’OSAV pour plus d’informations.